HISTOIRES, TOP 10

Quelques histoires ordinaires sur la fréquence

ATC

V

Voici une série de communications radio entre des pilotes et des contrôleurs aériens, ou parfois entre les pilotes eux-mêmes. Ces histoires sont traduites, vous pouvez les découvrir si vous le souhaitez directement en anglais sur ce site.  Quelques récits nécessitent quelques connaissances du milieu pour les apprécier pleinement, mais la plupart sont facilement compréhensibles. Toujours pour votre compréhension, vous pouvez associer les Cessna avec des pilotes peu expérimentés.

  • Un avion de ligne MD80 se pose et croise un avion léger qui s’apprête à décoller. Le pilote du MD80 chambre alors le pilote du Cherokee : « Quel joli petit avion, vous l’avez fait vous-même ? ». Le pilote du Cherokee ne se démonte pas : « Oui, je l’ai fais moi-même avec des restes d’un MD 80 qui s’est craché, et si vous continuez à vous poser comme vous venez de le faire j’aurais assez de morceaux pour m’en faire un deuxième ».
  • Contrôleur : « Cessna G-ARER quelles sont vos intentions » ?
  • Cessna: « Je voudrais passer ma qualification IFR »
  • Contrôleur : « Je parlais des 5 mn qui viennent, pas de cette année »
  • Cessna 152: « J’arrive au Niveau 3700  » (110 000 mètres).
  • Contrôleur :  » Reçu, contactez Houston Space Center »
  • Un avion de US Air s’engage sur un mauvais taxiway et se retrouve nez à nez avec un autre appareil. La contrôleuse très irritée par cette situation intervient sur la fréquence et elle « pourrie » littéralement l’équipage en précisant qu’ils ne sont pas capable de faire la différence entre leur droite et leur gauche : « Stoppez immédiatement, je vous avais dit à droite et pas à gauche… ». La contrôleuse toujours très irritée, limite hystérique, détaille les conséquences de cette erreur à l’équipage qui va entraîner de nombreux retards sur la plateforme. Le pilote, penaud, acquiesce avec un : « Oui madame ». Après cette échange musclé, la tension est palpable dans tous les cockpits qui sont à l’écoute sur la fréquence, un lourd silence se fait… jusqu’au moment où un pilote passe le message suivant : « On n’a pas déjà été marié ? ».
  • Un jeune pilote s’est égaré et le contrôleur lui demande :
  • Contrôleur : « Quelle était votre dernière position connue ? »
  • Le jeune pilote répond : « Quand j’étais au décollage »
  • Un avion de la British Airways demande sa clearance de roulage.
  • Contrôleur : « Et où la plus expérimenté des compagnies aériennes du monde désire-t-elle se rendre aujourd’hui … sans plan de vol ? »
  • Contrôleur : « Etes-vous en route sur SUL ? »
  • Pilote : « Plus ou moins »
  • Contrôleur : « Alors je vous suggère d’y aller un peu plus »
  • Contrôleur : « Vous êtes illisible, répétez ».
  • Le moto planeur :  » Voilà, j’ai coupé mon moteur, vous m’entendez mieux là ? »
  • Contrôleur : Longue pause (incrédule).
  • Pour comprendre ce qui suit, faites portez votre attention aux indicatifs d’appel :
  • Contrôleur : « Nova 895 contactez Moncton sur 127.12 »
  • Pilote : « Reçu 128.12, pour Nova 871. A bientôt. »
  • Contrôleur :  » Oui, à bientôt, peut-être plus rapidement que vous le pensez. »
  • (Quelques secondes s’écoulent…)
  • Pilote : « Euuuh, Moncton, de retour sur votre fréquence … »
  • Un jeune pilote s’est perdu et il tourne au-dessus d’un aéroport qu’il ne connaît donc pas :
  • « L’aéroport inconnu qui est sous le Cessna qui tourne en rond au-dessus de vous, pourriez-vous vous identifier ? ».

Un autre évènement moins léger mais qui se termine toutefois très bien et que vous pouvez découvrir ici si vous souhaitez en savoir plus. 

  • Contrôleur : « AF1733 un hélicoptère devant vous, réduisez votre vitesse à 130 kt »
  • Pilote : « AF 1733, 130 kt, Reçu »
  • Contrôleur : « AF 1733, l’hélicoptère est maintenant à 2 nautiques devant vous, réduisez votre vitesse à 110 kt »
  • Pilote  » 110 kt ! Mais vous savez à quelle vitesse mon avion décroche ? »
  • Contrôleur : « Non, mais demandez-le à votre copilote, il doit le savoir ».
  • Dans les années 60 ou dans une période proche, un 747 US se pose à Frankfurt où l’usage veut que les pilotes connaissent leur parking et les taxiways pour s’y rendre sans marquer un arrêt une fois la piste vacante ; ce qui n’est pas le cas de cette équipage qui stoppe leur roulage une fois la piste dégagée. Le contrôleur demande à l’équipage les raisons de cet arrêt :
  • Contrôleur : « Speedbird, savez-vous où vous allez ? »
  • Speedbird 206: « Juste un moment, nous vérifions où est notre parking. »
  • Contrôleur (sur un ton arrogant et impatient): « Speedbird 206, vous n’êtes jamais venu à Frankfurt auparavant ? « 
  • Speedbird 206 (très calmement) : Si, c’était en 1944 avec un autre genre de Boeing, mais  on ne s’est pas arrêtés, on n’a juste largué quelques trucs ».
  • Un jeune pilote : « Je suis perdu face à un grand lac au cap 090 »
  • Le contrôleur : « Faites 90° à droite pour que je puisse vous identifier au radar »
  • Le contrôleur : « Ok, je vous vois sur mon radar, le grand lac c’est l’Océan Atlantique, je vous suggère de faire demi-tour ».
  • SR71Voici l’histoire d’un échange radio raconté par un pilote de SR71 qui est un des avions militaire les plus performants qui existe. L’équipage de cet avion volait dans le sud de la Californie en étant juste à l’écoute d’une fréquence de Los Angeles qui pouvait les voir sur leur radar. L’équipage entend alors un Cessna demander au contrôleur sa vitesse sol :
  • Le contrôleur répond : « 90 kt »
  • Un moment plus tard un bimoteur fait la même demande :
  • Le contrôleur  :  » 120 kt »
  • Tous les pilotes sont fiers du tonnage de leur avion ou de ses performances, c’est sans doute pourquoi un F18 qui était à l’écoute de la fréquence comme le SR71 demande également sa vitesse sol :
  • « Dusty 52 : 525 kt »
  • Le pilote du SR71 amusé par la tournure des échanges fait alors la même demande :
  • « Aspen 20 votre vitesse sol est de 1742 kt »
  • Plus personne n’a demandé sa vitesse après cet appel.
  • Toujours dans la région de Los Angeles, et toujours un SR71 qui demande une clearance pour le niveau 600 (60 000 ft : 18 000 mètres). Le contrôleur reste incrédule avec une telle altitude :
  •  » Comment ? Vous voulez monter au niveau 600 ? »
  • « Négatif. Nous voulons descendre au niveau 600 ».
  • Contrôleur : « N123YZ, say altitude. »
  • N123YZ: « ALTITUDE! »
  • Contrôleur : « N123YZ, say airspeed. »
  • N123YZ: « AIRSPEED! »
  • Contrôleur : « N123YZ, say cancel IFR. »
  • N123YZ (Pause) « Eight thousand feet, one hundred fifty knots indicated. »

Livre 3D intel 3

 

Bons vols.

LOGO2

 

3 Comments

  1. Sylvestre

    En voici une récente:
    Nous arrivons à Roissy à une intersection et il y a deux B737 d’EASY JET sur notre droite sur le taxyway (attention aux liaisons)
    -CTL »XX XXX vous passez derrière les deux EASYs. »
    -PILOTE « On passe derrière les deux EASYs, on saura tout sur les « EASYs ».

    Reply
  2. Georges

    un classique :

    – XX demande autorisation décollage 26
    – XX vous êtes autorisés au décollage piste 26, le vent est calme, dans l’axe.
    – Le pilote aussi
    – Correction XX le vent est nul

    Reply

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *