LE BLOG, PILOTE PRIVE

Des contrôleurs des pompiers et des pilotes.

Tour de contrôle

Je vais vous raconter un vol qui date un peu mais dont je me souviens bien, et vous allez comprendre pourquoi. Pour le petit monde de l’aéronautique, j’avais le plaisir de voler ce jour-là avec Michel Salvetat.

Un vendredi après-midi les opérations recherchent un équipage pour effectuer un aller-retour Montpellier – Lyon Bron avec une équipe médicale dans la cadre d’un transport d’organes (greffe). Quelques coups de fil, un plan de vol et nous nous posons un peu plus tard à Lyon. Michel et moi demandons à l’équipe médicale l’heure du départ pour organiser notre retour et nous convenons qu’ils nous appellent au moment où ils quitteront l’hôpital. Nous avons le numéro de leur service de régulation au cas ou …

Et là tout s’enchaîne, et vous fidèles lecteurs, vous savez que les événements vont mal s’enchaîner, ce blog ne traitant pas trop des trains qui arrivent à l’heure. Effectivement ! L’équipe médicale prend du retard, le terrain de Bron va fermer, la météo se dégrade sérieusement à Montpellier, la régulation médicale nous confirme qu’un dégagement sur Marseille entrainerait un retard important préjudiciable à la suite de leurs opérations. Si ce n’est pas de la pression ça !

Pour couronner le tout, une heure plus tard, l’aérogare ferme, nous sommes alors cantonnés dans sa partie publique avec une simple cabine téléphonique (pas de portables à l’époque). Le pompier et le contrôle attendent patiemment tout en nous facilitant nos nombreuses communications (pas d’Internet, pas de fax…). Je vous passe les détails pour trouver des pièces de monnaie pour passer nos nombreux coups de fil : météo pourrie, départ de l’équipe, dégagement, contrôleur de Bron, plan de vol…

Quand nous avons expliqué à un contrôleur de Nîmes que ce serait très sympa si leur terrain restait ouvert ce soir au cas où nous serions obligés de dégager de Montpellier pour gagner ainsi de précieuses minutes par rapport à un dégagement sur Marseille, nous avons cru entendre un gros « Glouuups » (rappel : c’était un vendredi soir !), suivi d’un « On va faire le nécessaire ».

La rentrée maritime est bien là quand nous décollons. En vol, Michel et moi sommes un peu tendus (ou tendus comme des guitares, à vous de choisir), c’est la première fois que nous effectuons ce genre de transport. Entre les prises de météo, le contact de nos opérations pour joindre la régulation médicale, le contact avec Nîmes pour s’assurer que leur terrain est resté ouvert… nous oublions à un moment de remonter le volume de la VHF 1 réglée sur le CCR. Bien entendu, le silence « assourdissant » du contrôle nous alerte, nous remettons le volume, une petite remontée de bretelle, et nous voilà en descente vers Montpellier où la météo est toujours dégradée. Par contre le contrôleur nous confirme qu’il y a des fluctuations parmi lesquelles nous entrevoyons quelques passages supérieurs à nos minimas.

Vingt minutes plus tard nous nous posons à Montpellier avec le soulagement des marathoniens qui viennent de passer la ligne d’arrivée. On attend quelques minutes l’ambulance qui n’arrive pas. Et allez hop ! La glacière dans le coffre, tout le monde dans la voiture et en route vers l’hôpital. Les rues sont désertes, il fait nuit depuis un bon moment, nous arrivons auprès d’un bâtiment où des gens qui nous attendent derrière une porte s’activent en nous voyant arriver.

don-organeLe collectif

Le côté Facteurs Humains de cet article c’est son aspect collectif. Nous avons souvent besoin des autres et ça tombe bien quand les autres sont disponibles pour vous aider. Je pense au contrôleur de Bron et au pompier qui sont restés pour attendre notre départ en nous filant un sérieux coup de main pour résoudre nos problèmes de communication. Combien de pompiers et de contrôleurs sont également restés à Nîmes pour nous accueillir au cas où, alors que nous ne nous y sommes même pas posés. Idem aux Ops de Montpellier. Ce sont des vols assez « chauds », surtout quand la météo est pourrie, et les contrôleurs le savent bien.

[box type= »tick »]Alors dans un autre registre, mais suivant la même philosophie autour de l’efficacité collective, si vous êtes peu expérimenté n’hésitez surtout pas à faire part au contrôle de vos problèmes, ils peuvent vous apporter une aide précieuse. Les exemples sont nombreux.[/box]

Air ambulance

Les particularités de ces vols médicaux sont si importantes qu’elles font l’objet de nombreuses publications destinées à en prévenir les risques. Vous pouvez trouver une documentation fournie (en anglais) en cliquant ici.

Je vais vous raconter bientôt un autre vol très particulier que j’ai effectué avec Michel. Nous n’étions pas dans la même machine, mais nous sommes restés très proches… pendant quelques heures.

Bons vols

LOGO2

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *